La réticulation par irradiation en essor grâce à l’électromobilité et au bâtiment

La réticulation par irradiation en essor grâce à l’électromobilité et au bâtiment

En 2019, BGS a traité environ 10 % de plus de pièces moulées par injection par rayonnements gamma et bêta qu’au cours de l’année précédente. Cette hausse du chiffre d’affaires est le résultat d’une augmentation de la demande de la part de l’industrie automobile. En effet, cette dernière a besoin de plus en plus de matériaux légers tout en exigeant une plus grande résistance thermique, mécanique et chimique des composantes. De même, l’entreprise a enregistré une progression soutenue et constante dans le domaine de la réticulation de tuyaux et barres, utilisés, entre autres, pour les systèmes de chauffage ou de refroidissement urbain mis au point dans le cadre de projets d’infrastructure municipaux.

L’industrie automobile découvre la réticulation par irradiation

Dès aujourd’hui, de nombreuses pièces utilisées dans le compartiment moteur ainsi que des revêtements, des éléments de fixation et des composantes automobiles extérieures et intérieures sont fabriqués à partir de plastiques réticulés par irradiation. « 2019 a vu la demande de la part des sous-traitants automobiles s’accroître. Parallèlement, nous avons réalisé plus de projets dans le domaine des pièces moulées par injection », se réjouit Andreas Ostrowicki, le gérant de BGS. « La réticulation par irradiation ouvre de nouvelles opportunités, notamment à la construction légère, puisque cette procédure d’optimisation permet d’utiliser des plastiques classiques dans des domaines d’application très complexes : en effet, les composantes réticulées se caractérisent par une meilleure résistance thermique et mécanique, s’usent moins vite et présentent un comportement au fluage optimisé. » Selon M. Ostrowicki, le secteur automobile, contraint de réduire ses coûts, se tourne de plus en plus vers la réticulation par irradiation. Il ajoute : « Compte tenu des prix parfois très élevés des plastiques haute performance, il peut être extrêmement intéressant de leur substituer un matériau réticulé par irradiation afin de réaliser des économies directes considérables. Cela permet également de réduire le coût des processus, car les composantes réticulées par irradiation sont plus faciles à travailler, nécessitant par exemple des températures de traitement moins élevées que les plastiques haute performance. »

Le bâtiment, autre moteur du chiffre d’affaires dans le domaine de la réticulation par irradiation

En 2019, BGS a également réalisé une hausse de 10 % par rapport à l’année précédente pour les tubes et barres. La progression dans ce segment est surtout le fruit d’une conjoncture toujours florissante du bâtiment qui utilise des tuyaux réticulés pour les systèmes de chauffage et de refroidissement urbain de l’infrastructure communale. Grâce à la réticulation par irradiation, les systèmes de canalisation conservent longtemps les caractéristiques nécessaires à leur bon fonctionnement. En effet, cette technologie améliore le comportement au fluage dans les environnements à hautes températures et pressions intérieures, optimisant ainsi la résistance au vieillissement des matériaux. Une grande partie des systèmes de tuyauterie sont traités sur le site de Bruchsal au moyen d’un système spécial permettant de manutentionner des produits de jusqu’à 12 mètres de longueur.

Les exercices 2020 et 2021 placés sous le signe de la modernisation et de l’agrandissement des sites

Après avoir modernisé ses accélérateurs d’électrons au siège social à Wiehl, BGS investit désormais plusieurs millions d’euros dans la mise à jour des installations et systèmes de manutention de ses sites de Saal a.d. Donau et Bruchsal. Ce dernier est par ailleurs en train de planifier la construction d’un nouveau centre logistique qui ajoutera environ 2 700 m² à la surface d’entrepôt existante d’ici fin 2020.

Les systèmes de tuyaux sont irradiés à l’aide d’un système de manipulation spécial sur le site de la BGS à Bruchsal.